Comment éviter la blessure: Apprends à reconnaître ton type de foulée.

Publié par sebastien le

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  

Savez-vous que 50 % des blessures proviennent d’un mauvais choix de chaussures?

Comment connaître sa foulée et ne plus se blesser.

 Dans cet article, je vais vous expliquer comment éviter les blessures les plus courantes en course à pied en prenant compte de la notion de “type de foulée”.

Lis bien cet article jusqu’au bout, pour bien comprendre le principe du type de foulée, qui est très simple et qui est important à prendre en compte


 Je précise que cet article concerne principalement les amoureux de bitumes et sentiers de parcs. En ce qui concerne la pratique du trail , ces types de caractéristiques ne sont pas à prendre en compte.
En effet, les soucis liés au mauvais choix de chaussures ne concernent que le running sur sol plat. Je vous explique tout en détail un peu plus tard . Toutefois, connaître son type de foulée est toujours un plus pour analyser les éventuels bobos de demain. Je vous suggère de le lire mon article malgré tout.

Connaissez-vous les caractéristiques de votre pied ?

Prenez-vous en compte dans le choix de vos chaussures ?

 Si ce n’est pas le cas, malheureusement vous allez faire face à des problèmes de fatigue musculaire voire de blessure.

 90 % des blessures aux genoux et 50 % des pubalgies pourraient être évité avec le bon choix de chaussures selon sa caractéristique de pieds “tiré du livre Jogging & Bien-être de Serge COTTEREAUX”.

 Selon son type de foulée est-ce qu’on peut éviter la blessure?

OUI

Je vais vous expliquer pourquoi il est primordial de connaître sa foulée. Mais aussi comment choisir précisément la bonne paire de chaussures.

Au regret de vous annoncer qu’au delà de l’aspect esthétique, de la couleur, et/ou mode du moment (légèreté par exemple), que forcément ce sera meilleur pour vous.

 Bien au contraire, la plupart des runners et surtout les débutants ne connaissent pas leur type de foulée.


Il faut savoir qu’il en existe trois :

Foulée Pronatrice: Cela veut dire que nous avons une partie du pied qui tend vers l’intérieur, c’est-à-dire que le pied s’enfonce vers le sol plus sur l’intérieur qu’à l’extérieur.

Foulée universelle ou neutre: Votre pied repose parfaitement à plat. Ni trop à l’intérieur, ni trop à l’extérieur.

Foulée Supinatrice: Votre pied s’enfonce vers l’extérieur de la chaussure.

Quelque soit votre foulée, aucune n’est handicapante pour peu que vous portez la bonne paire de chaussures adaptée à celle-ci. Et aucune n’est plus avantageuse par défaut qu’une autre.
C’est juste une caractéristique propre à chacun. Donc pas de panique.

Mais alors, comment connaître sa foulée ?


La plupart diront qu’il suffit de regarder la semelle de ses chaussures. FAUX. Et encore moins celle des chaussures de marche. On ne court pas comme on marche ça c’est sûr.

 La méthode la plus simple c’est d’aller voir un podologue qui va analyser votre façon de courir.

La seconde méthode est d’aller dans un magasin spécialisé. Il en existe de plus en plus. Ils ont des tapis de course ou tapis sur le sol. Vous allez faire quelques foulées dessus afin d’y laisser votre empreinte de pied dessus.

Celle-ci pourra être parfaitement analysée.
Il est évident que si l’empreinte visible est plus prononcée à l’extérieur du pied, ce sera une foulée dit supinatrice.
En revanche, si votre empreinte est uniforme vous avez une foulée universelle dit neutre.
Enfin, si vous avez une foulée pronatrice, ce sera une empreinte plus prononcée vers l’intérieur .

La bonne nouvelle, c’est que cette analyse n’est à faire qu’une seule fois dans votre vie.


Car votre foulée vous ai propre. Une fois bien analysée, il n’y aura plus à revenir sur cette case.
A ce moment la, plus de place au hasard.
Ce qui pourrait vous être handicapant auparavant ne le sera plus à présent. Ce qui pourrait l’être, c’est d’avoir la mauvaise chaussure selon son type de foulée 

En revanche si vous choisissez la bonne chaussure, je peux vous garantir que vous aurez un effort optimum avec une utilisation d’amorti de votre chaussure à 100 %.
De ce fait, vous utiliserez l’amorti sur toute la largeur de la chaussure.
Au lieu de se servir que d’une partie d’un côté ou de l’autre .
Si vous êtes comme moi, vous aimez vous servir de ce que vous achetez à son maximum.

L’amorti s’utilise donc sur tout le pied et non sur une partie .

À présent que vous connaissez les 3 types de critères et que vous avez analysé votre type de foulée , vous devez à présent prendre en compte ce critère dans le choix de vos futures chaussures .
Que ce soit en magasin ou sur un revendeur internet.


Attention tout de même à la subtilité des termes employés par les marques. En effet, certaines marques se jouent d’un terme technique qui fera office de terme pour pronateur ou supinateur .
Pour exemple chez la marque Asics si vous êtes pronateur il faudra rechercher le critère “Flytefoam”.

Je vais vous expliquer maintenant POURQUOI il faut la bonne chaussure selon son type de foulée.

Reprenons l’exemple d’une foule  pronatrice.
Vous avez donc le pied qui s’enfonce vers l’intérieur dans le sol. Courir avec une paire de chaussures non adaptée à cette foulée engendrera des blessures, des fatigues musculaires puisque vous allez fortement solliciter les muscles internes plutôt qu’externe et d’une manière non répartis sur l’ensemble de votre musculature des jambes. Il en va de même pour la partie osseuse et ligamentaire.

Pour permettre une répartition musculaire sur l’ensemble de tous les muscles de vos jambes, comprenez bien ceci.

Il faut rééquilibrer votre pied de manière à avoir une foulée universelle tronquée.


Cela se fait au niveau de la semelle de votre chaussure. Une partie bien souvent en plastique non compressible et donc mise sur le côté où votre pied s’enfonce le plus afin de pouvoir rééquilibrer votre pied dans la chaussure de la manière la plus plane possible.
Ni bancale vers l’extérieur ou l’intérieur .

Imaginez à présent avoir une chaussure type supinateur.
Un morceau non compressible sur l’extérieur de la semelle du pied et vous êtes pronateurs vous allez accentuer l’inclinaison de votre pied qui tendait déjà vers l’intérieur pour le faire basculer encore plus vers l’intérieur.
La partie amortissement de l’extérieur de cette chaussure ne sera quasiment pas utilisée. En revanche, la partie amortissement de l’intérieur prendra cher. Ceci causera également une usure prématurée de vos mocassins/ ballerines selon les genres.
Ne parlons même pas du pied ou de la jambe.

Les dégâts pourraient vous coûter très cher à la longue.

Car même si sur une ou deux sorties, la répercussion ne se fera pas sentir.
Sur long terme, la sentence est irrévocable à coup sûr.

Je vous laisse imaginer la répercussion dans les tendons les os et les muscles en pratiquant la course à pied de cette manière.

Mettre un exemple sur chaussure .

Très honnêtement si vous voulez continuer de courir en évitant de vous blesser ,il est très important de prendre en compte le bon type de foulée  et donc la bonne chaussure.


Si la chaussure que vous portez ne correspond pas. Il ne faudra plus la mettre du moins pour courir.

Et ce même, si elle n’a pas beaucoup de kilomètres au compteur. Il vaudra mieux repartir à zéro avec une paire de chaussures neuves mais adaptée à votre type de foulée. Vous aurez donc fait le choix le plus judicieux possible.

Parce que quand vous vous êtes blessé, c’est fini.


Vous ne courez plus. Même marcher devient difficile .Cette situation est vraiment handicapante, traumatisante physiquement et mentalement .

Mieux vaut prévenir que guérir dit-on, alors soyez ce type de personne là.

À présent vous en connaissez suffisamment pour parcourir des kilomètres pour les semaines et années à venir .


Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
Catégories : Mes Conseils

0 commentaire

Laisser un commentaire

Recevez GRATUITEMENT votre Bonus :

Les 5 erreurs que la plupart des Runners font"